Book days in Brittany: day two

the-smithsonian-l

A la veille de la Toussaint, dans une librairie à l’écart, discrète, recroquevillée pour tout dire, je trouve ce livre dont la composition fut réalisée elle aussi retiré du monde, l’Homme devant la mort en Occident (1977), le grand œuvre de Philippe Ariès. « Historien du dimanche », c’est lui qui le disait. Il disait aussi « réactionnaire ».

Toujours est-il que j’aime le « devant » du titre.

l-homme-devant-la-mort-b_980572vb
Le soir je lis son avant-propos : il a pu achever son ouvrage au Woodrow Wilson International Center for Scholars de Washington, sis en « un fantastique château de brique rouge dont le style néo-Tudor invite au détachement du siècle », une « abbaye laïque » dont les fenêtres donnent sur le Mall.

Je retrouve dès les premières lignes la puissance des travaux historiques des années 70 : ampleur chronologique, audace des questionnements, beauté tranquille de la langue, souci anthropologique de découvrir « dans le temps » les variants et invariants de notre humanité.

Philippe Ariès, L’homme devant la mort, p.13:

« Nous allons nous demander très naïvement comment meurent les chevaliers dans la Chanson de Roland, les romans de la table ronde, les poèmes de Tristan… »

arièsJ’y reconnais aussi le défaut d’un autre de ses ouvrages, l’Enfant et la vie familiale, que j’avais été amené à étudier plus sérieusement : la focalisation trop exclusive sur les sources littéraires et artistiques. La mort est perçue trop souvent par ceux qui ont écrit, raisonné, représenté. Disent-ils seuls l’esprit du temps ?

Sinon, tout est comme a dit Paul Edel. C’est au bas de la rue Ernest Renan à Tréguier, Côtes d’Armor.

IMG_1792

Lumière parcimonieuse, taux d’humidité assez élevé, bibliothèques ployantes de merveilles par centaines. Le patron devise avec un habitué. Politique internationale, nationale, locale. Vieillissement, retraite, maladie, mort. Riche endroit : outre Ariès, je trouve d’étranges documents sur l’URSS des années 50. Je les offrirai à Monsieur Thée (peut-être nous fera-t-il le plaisir d’une recension? Puisse-t-il m’entendre), je ne peux m’empêcher de les feuilleter. Au hasard dans celui-ci:

Orient soviétique
En Ouzbékistan, p.229:

« Je les ai souvent observées, ces paysannes et ces ouvrières. Elles se tiennent avec la noble réserve, la distinction innée des filles de la steppe. elles ont le regard droit, les traits sereins, le calme des êtres assurés du lendemain qui avancent paisiblement vers l’avenir. Elles sont débarrassées à jamais des stigmates tragiques de l’humiliation, de la peur, de la lutte atroce pour la vie que reflètent tant de regards traqués rencontrés dans les médinas, les bidonvilles et les mechtas d’Afrique, et que l’on ne peut plus oublier »

Khaldei-worker_1[1]

Celui-là est nettement plus distancié mais tout aussi exotique

Sur les routes d'URSS

Drôle d’époque et purs objets d’histoire, un orientalisme de Guerre froide dans ces pages qu’on ne trouve nulle part ailleurs qu’en ce lieu miraculeux.

simon dallebach02A la fin, la belle jeune femme blonde qui fouillait les étagères en même temps que moi m’offre cette étude sur Claude Simon .

botticelli_birth_venus_2(on croit rêver !)

4 commentaires pour Book days in Brittany: day two

  1. Merveilleuses pensées qui rencontrent les miennes au bon moment. Merci infiniment Madame.

  2. Sebastien Chevalier dit :

    A ceci près que je suis un monsieur. Ceci dit sans être le moins du monde offusqué par votre erreur.

  3. Joli billet (mais est-ce étonnant ?), merci. Vos errances en librairies ont cependant tendance à faire croître de façon tout à fait inconsidérée ma pile de livres « à lire ». Merci, notamment, d’avoir attiré mon attention sur « Introduction aux langages totalitaires », tout récemment, c’est une excellente découverte.

  4. Cher Monsieur,

    C’est par l’intermédiaire d’une recherche sur Saul Friedländer que je suis parvenu à votre site. À cette occasion, j’ai lu avec intérêt plusieurs de vos recensions et critiques. C’est pourquoi je souhaite vous proposer de contribuer à notre webzine nommé Unidivers. Unidivers est un jeune magazine en ligne, et bientôt sur papier, qui suit une ligne éditoriale assez originale en délivrant une information où les dimensions spirituelle, culturelle et existentielle de l’homme prévalent. Il est en particulier centré sur le Grand Ouest. Pour le moment, après seulement 6 mois d’existence, nous connaissons une fréquentation quotidienne qui atteint les 600 visiteurs uniques. Notre ambition est qu’Unidivers se développe comme une nouvelle vague – artistique, culturelle et spirituelle.

    Dans un esprit participatif, Unidivers serait heureux de publier des critiques en votre nom (articles que vous avez déjà publiés sur votre blog ou que vous allez publier à l’avenir). Et ce, à la fréquence qu’il vous convient – une fois par mois ou par semaine par exemple. Tant que les articles s’inscrivent dans notre ligne éditoriale au demeurant assez large ; toute oeuvre qui permet d’informer, de faire réfléchir, de faire ressentir quelque chose de pertinent sur la vie, la société, l’art, l’environnement collectif nous intéresse. En fait, en termes culturels, nous mettons la barre volontairement assez haut en choisissant de ne pas recenser du tout ce qui n’a pas provoqué chez le lecteur quelque chose de puissant (quelle que soit la puissance : souffle stylistique, intérêt informatif, choc intérieur, etc.

    J’espère que cette proposition vous intéressera. Notre équipe en serait enchanté. De vôtre côté, sa réalisation contribuerait à accroître le rayonnement de votre nom et de vos travaux ; du côté d’Unidivers, elle ajouterait une pierre au projet qui se développe sûrement.

    De vous lire,

    Bien cordialement,

    Unidivers

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :